le ruban blanc

on se souvient tous de la palme d'or décriée de 2009 : le ruban blanc de Michael hanecke.
on se souvient tous de la controverse au sujet de ce film, de la présidente du jury de Cannes - Isabelle Huppert - alors injustement accusée de copinage et qui aurait dû être soumise au jury populaire français pour qu'on la rase ?
Je me souviens que le favori était le  film d'Audiard 'le prophète'. j'ai vu les deux films. Et la palme d'or ne fait aucun doute : Alors qu'Audiard nous servait du sous Oz pendant 2h30 assez ennuyeuses, Hanecke réussissait ce chef d'oeuvre où le moindre brin d'herbe jouait au moins aussi bien que le gosse de 6 ans ou le vieillard de 80, où tout était parfait. photo, lumière, jeu, histoire ... où le monde d'aujourd'hui était elliptiquement expliqué per les erreurs du monde d'hier...
Franchement, la palme, elle crevait les yeux.
C'est là que je me rends compte qu'on est vraiment dans un monde d'hyper-putes, de connasses 2.0 bonnes à lécher le zgeg pour une bouteille de rhum.
'Le ruban blanc' est une leçon de cinéma.