Sorties

Fil des billets

samedi 14 avril 2007

Kill the pizza ...

Ce soir, nous nous retrouverons autour d'un verre ou deux ou trois afin de fêter dignement la disparition de ce lieu déjà mythique qu'est "le Valentino".

Alex ferme les portes et réfléchis à un autre lieu de perdition, un peu déconne, un peu arty mais surtout déconne.

Ce soir. 21h00. Rue des Balances. PAF 10€.
Et dans la série : "last night a djette shaved my foune", Barbara Butch sera aux platines.

J'oubliais, "le Valentino" c'est vraiment une pizzaria.

dimanche 8 avril 2007

Soirée spéciale "le parisien est dans la place"

J'ai passé une super soirée avec François Granger et Sophie Ménart au resto. Je leur ai fait connaître les "Cigales" de la rue Teissier. Sophie, en bonne connaisseuse avait choisi le vin, et François, ben François avait tellement de choses en commun avec mon nouveau métier qu'Olivier a été très vénère de ne pas y participer. Une excellente soirée.

Les prochaines, c'est pour quand ?

jeudi 31 mars 2005

Bacon Vs Picasso

Quand l'élève dépasse largement le maître... Musée Picasso, Hôtel Salé, rue de Thorigny, 75003 Paris. Prévoir 1/2 heure de queue entouré de touristes allemands avec leur chiards. Très intéressante expo sinon.

lundi 17 mai 2004

Restos du WE

Dans la série, j'aime la coriandre fraiche, je voudrais parler de deux endroits où Olive et moi avons nos habitudes.

Thai Classic (26 rue des Lombards) à l'angle du bvd Sébastopol côté Marais. La cuisine et le service sont pas mal. Rien que pour la soupe aux crevettes et le Nam tok au boeuf. Le décor ne paye pas de mine mais c'est bon. Et la patronne est une vraie thaie. J'y emmènerai tous mes fuck buddies. En plus ce n'est pas donné.

Le Loup Blanc pour son brunch (je connaissais le Loup blanc le soir mais pas le brunch du dimanche midi)

Le brunch est de très bonne augure et les oeufs brouillés Pondichéry sont divins à prendre avec une salade de tomate Feta d'ailleurs puisqu'ils sont servis ensemble. 16,5 euros pour un choix inégalable. Un excellent rapport qualité prix. Miam.

Bacon IIème

Simplement rappeler que le musée dans lequel se déroule l'exposition Bacon jusqu'en Juin se nomme le musée Maillol et non Mayol.

J'étais bien trop fier de voir que j'arrivais en prems dans Google pour Mayol et Bacon. Prems dans la connerie wé.

Merci à tous les ânes qui sont arrivés sur mon site en tapant la mauvaise orthographe. Au moins j'ai fait des heureux.

J'y suis retourné hier avec Olivier. Les tableaux n'ont pas bougé de place. J'ai eu la chance de tomber sur une conférencière intéressante qui m'a permis de comprendre quelques trucs et qui a su mettre des mots sur ce que je pouvais ressentir en regardant ces oeuvres.

On y était vers 11h30. Il y avait déjà bien du monde à l'intérieur.

Je voudrais pousser un grand soupir d'énervement contre les madames qui arrivent avec leur progéniture de 0 à 24 mois. Sont-elles obligées de les emmener voir une telle exposition ? Je ne pense pas que cela puisse influer sur leurs futures aptitudes artistiques. Non mais des fois...

Sachez bande de grosses truies égoïstes, qu'il y a comme un recueillement quasi-religieux à regarder ces peintures.

Vous me traiterez le sujet de philo suivant pour la peine : 'y-a-t'il nécéssairement du religieux dans l'art ?' Je ramasse les copies dans 15 jours.

vendredi 7 mai 2004

Week-end à Mtp II

tout ça pour dire que j'ai eu un temps moyen à Mtp. Dans la journée, on a visité la charmante bourgade d'Uzès sans passer par la case "visite de l'usine d'Haribo".  On est allé au restaurant le samedi soir, un resto spectacle au "Prince de Minorque" avec l'accueil très sympathique de Dominique et de Claude. Le spectacle, ben c'était "Bibiche" alias Patrick dans des numéros de Sylvie Vartan, Régine, Tina Turner et ... Joséphine Baker en final. Ce mec est vraiment très drôle. Ensuite, un petit tour au THT de minuit à 1h00 (les bars ferment à 1h00 à Mtp et ... "monsieur le préfet est intraitable ... " comme dirait Olivier. Juste le temps de voir une bande de gros lourdeaux au milieu de la piste - le bar est blindé ! - et je demande alors à Olivier si par hasard, une équipe de Rugby local ne s'est pas perdu dans ce bar ouvertement gay. 10 minutes plus tard, le djay fait une annonce comme quoi la première équipe de rugby gay de Mtp se trouve dans le bar. Mon intuition féminine sans doute ... héhé !!! Ca me donne envie de sauter sur Michalak tiens ! Et le reste du week-end a été glandage et cinéma. On a vu en fin d'après-midi "le convoyeur" Joli film raté (mais efficace) avec Dupontel, Dujardin etc etc... et le lundi PM, j'ai vu seul "Mariages" avec Dujardin, Seigner, Lio, Miou-Miou et d'autres. Un joli film raté aussi. Et j'ai repris le train de Paris à 17h36 ce lundi.

Ce post est garanti sans aucune littérature.

lundi 26 avril 2004

de Bacon à Virgin

Hier, alors, c'était vraiment une chouette idée d'aller se détendre au musée Maillol pour voir l'expo de Francis Bacon (du profane au sacré, 8 euros, 6 tarif réduit). 

J'adore Bacon depuis que je suis en age de regarder autre chose que la Joconde, depuis que je sais que Toffoli fait des croutes immondes, depuis que je sais qu'il y a bien plus beau que Picasso. Depuis que j'ai l'age de 15 ans environ.

Le seul problème et il y en a un de taille. Je n'y connais absolument rien. Je ne sais pas lire une peinture. Mon truc à moi, c'est l'émotion ressentie devant une oeuvre. Et Dieu sait que ça fonctionne chez pas mal de contemporains. Rothko, Bacon donc mais aussi Picasso, Louise Bourgeois, j'en passe et des meilleurs.

Porquoi j'aime Bacon ? Bah je n'en sais strictement rien. J'ai cherché. Longtemps . Et je vais finir par conclure que j'aime Bacon comme j'aime Gainsbourg comme j'aime Duras et Houellebecq, comme j'aime Nan Goldin. J'arrive à lire leur souffrance. Elle me parle et je la comprends.

Mon truc à moi, c'est les alcoolos.

Pour quelqu'un qui n'y connaît strictement rien et qui ne sait même pas dire quelle oeuvre est mieux qu'une autre, je dirai donc que l'exposition est tout simplement magnifique et c'est l'avis d'un ignare !

Ensuite quand je suis sorti du musée, mes capteurs internes se sont mis en fonctionnement pour me diriger vers la Seine, puis le Louvre, puis le Carrousel du Louvre, ayant en mémoire le long post écrit la veille où je citais des référencess tels que Rita Mitsouko, Erikah Badu, ayant en mémoire le post de Lisbei où elle faisait la critique du dernier Prince, ayant en mémoire le post de Peer où il disait aimer le dernier Britney Spear.

C'est donc naturellement que je me suis dirigé vers le Virgin du Carrousel du Louvre où j'ai encore acheté pour 150 euros de cds :

le dernier Erikah Badu : Worldwide underground (l'avant garde du Nu Soul sophistiqué, pas pour les cons j'te l'dis moi)

le dernier Rita Mitsouko : Les rita Mitsouko en concert avec l'orchestre Lamoureux (très bel album qui me laisse penser que j'ai raté un très beau concert avec des reprises de Birkin, Ferré, Trenet, Philip Glass et Neil Young. Mention spéciale au "Où sont ils donc ?" de Trenet qui a une pèche incroyable.)

Le dernier Kenny Dope G. : Breakbeats (rap hip-hop essentiellement)

Le dernier Louie Vega : Elements of life (récolte les fruits d'un Martin Solveig qui a déjà semé les rythmes African House et tropical House)

Le dernier Prince : Musicology (moyen à la première écoute ...)

Le dernier Miossec : 1964 (non objectivement génial)

Le dernier Wampas : never trust a live (non objectivement pareil que le précédent). à écouter leur version alternative de

1/ Où sont les femmes (P. Juvet)

2/ Tellement je t'aime (Faudel)

3/ Je pense à Toi (Amadou et Mariam)

dimanche 25 avril 2004

Jeu de l'oie.

C'est Chronolog qui m'a donné l'idée d'y jouer.

Comme il fait beau, je vais aller m'aérer au Musée Maillol - Fondation Dina Vierny - 
61,  Rue de Grenelle - 75007 Paris
Métro : Rue du Bac

Grand fan de Francis Bacon devant l'éternel, je vais aller voir l'exposition "le sacré et le profane".

J'espère y être vers 14h30 15h00.  

vendredi 23 mai 2003

BLur - Bataclan - 19-05-2003

Je n'y suis pas allé souvent au Bataclan, pour un concert, je veux dire, parce que pour de soirées, j'y suis allé, mais il y a longtemps. En concert, j'ai dû voir Jane Birkin en 1986 ?
Imaginons l'entrée du Bataclan, une masse de gens devant et puis l'arbre cachant la forêt, une énooooooooorme queue derrière. Mais Elle finit où la queue ? Ben là , tu vois le Boulevard Voltaire, tu tournes la première à droite, c'est la rue Oberkampf, tu continues pendant 200 mètres, et c'est le début de la queue. Il est 19h25 et les portes ouvrent à 19h30 ! Heureusement, le flux de gens est aspiré rapidement dans la salle et ma première réaction une fois que j'étais à l'intérieur fut de penser : 1/ c'est tout petit 2/ le milliard de personnes qui était devant moi, il est passé où ? C'est disons convenablement rempli, mais comme le concert affiche complet, je m'attendais à un truc énorme. Ben non. On décide de laisser la fosse aux vrais fans et on se trouve une tite place debout près de l'escalier avec vue globale et imprenable sur la scène, et même, si d'aventure la petite naine au gros cul devant moi se mettait à sauter, je doute qu'elle puisse m'atteindre le menton avec la tête.
Vers 20h00. La première partie commence. Un groupe plutôt branché afro-beat (vous connaissez Fela ?), du jazz aux fortes influences afro avec un chanteur (rappeur plutôt) qui va bien chauffer la salle. Une première partie vraiment chouette et probablement annonciatrice de la couleur du concert à venir, si l'on a écouté le dernier album de Blur "think tank" et si on a écouté le projet solo de Damon Albarn (Mali Music (un disque très chouette aussi)). A la fin de la première partie, un rappel mérité et qui c'est qui s'y colle avec le chanteur rappeur ? Damon Albarn himself pour un duo très réussi devant un public déjà conquis.
Fin de la première partie. Il fait chaud, j'ai soif. Une bière, merci combien j'te dois ? merci c'est pour moi.
Et le concert de Blur commence. Une formation standard. Un clavier, une basse une guitare une batterie et 3 personnes dans les choeurs. Je ne suis pas fan de Blur, mon copain l'est plus, mais j'aime bien le personnage de Damon Albarn et son jeu "très détaché" de ce qu'il fait. En plus, je trouve qu'il devient plus beau en vieillissant ce mec .
Il alterne donc les tubes et des trucs moins connus et le concert va aller crescendo dans cet esprit rock harder and harder. Et si au début, il s'avise d'aller dans la foule avec les vrais gens réhaussé par des types qui le portent, à la fin c'est carrément dans la foule qu'il se jette porté par les fans. Oublions les influences afro que j'imaginais.
Il reste un bon groupe, un bon concert et une très bonne soirée, même pour les plus chanceux d'entre vous qui ont pu voir ce concert retransmis live sur MCM. Vous m'avez vu hein ? Vous m'avez vu ?

mercredi 21 août 2002

Du cul... turel

Tant qu'on y est, pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, je vais terminer par tous les trucs culturels qui m'ont plus pendant l'été. Parce que faut pas croire, la Innervoice, elle sort, elle s'intéresse. (on dirait du Sylvie Joly genre "Catherine", vous ne trouvez pas ? Hier donc, on a pu me croiser au concert classique qui a eu lieu dans l'église de St Germain des Prés. Stabat Mater de Pergolese, Stabat Mater de Vivaldi, Ave Maria de Schubert entre autres. Très beau, très grosse émotion. Je vous ai déjà dit que je chialais quand j'entendais ... Désolé.

Les Zexpos.

Le musé qui n'existait pas de Daniel Buren à Beaubourg. Très conceptuel. On l'a cherché et on l'a pas trouvé. ben, oui puisqu'il n'existe pas ... 8 euros pour voir un truc qui n'existe pas, c'est proche de l'arnaque quand même. En tout cas, ils ont tout redécoré le 6ème étage de Beaubourg en l'honneur de Monsieur Buren en construisant des petites cellules (cells en anglais) avec des jeux de couleurs, d'ombres, d'espaces. Où est le dehors, le dedans ? Sympas les gars de Beaubourg. Moi, je dis, quand ils feront une rétro Klein (pas Monsieur, ni William mais Yves qui a fait du Bleu), y'aura intérêt de venir avec des lunettes de soleil.

Klein (pas Yves, pas Monsieur mais William qui fait des photos) toujours, peut-être à la maison européenne de la photographie dans le Marais. Le thème est Paris. Son truc à lui c'est les gens (de mémoire parce que je l'ai vue début juin, les syndicalistes, la Gay-pride, les gens quoi, dans une ville cosmopolite qui évolue architecturalement quoi qu'on en dise à la différence de New York qui ne bouge pas ou très peu. C'est une très belle exposition, on sent vraiment une certaine tendresse pour les sujets qu'il photographie mêlée à une certaine ironie. Ce qui m'a marqué par exemple c'est le rapprochement de deux photos. L'une représente une scène d'un rallye dans un endroit huppé genre "bal des débutantes" avec plein de gamines de 16 ans en Valentino, l'autre représente des jeunes putes assises sur le banc d'un abribus sur les maréchaux. Ces deux photos tentent peut-être de nous expliquer que malgré des niveaux sociaux différents, elles font le même métier non ?

Voilà pour la soirée Blog Cul.

dimanche 16 juin 2002

Festival latina

Festival Latina, Disney Village, entrée 15 euros, parking pas compris. la France d'en bas avait rendez-vous avec la France du milieu et peut-être aussi un peu avec celle du haut. Tout le monde était représenté. Les noirs, les blancs, les jaunes, les verts, les bôs, les moches, les jeunes et les moins jeunes et même les vieux. Tous unis dans un même désir de communion universelle autour de la scène centrale à danser seul ou en couple avec une banane jusqu'aux oreilles. Il faisait chaud, il faisait bô, le mojito était à 5,50 euros (hélas, pas le meilleur que j'ai bu, c'est vrai). On a d'abord vu à 21h00 Polo montanez, un chanteur cubain plus traditionnel au niveau des orchestrations mais aux styles différents. Puis vers 23h00, Victor Manuelle, jeune minou de 25-30 ans qui nous a livré un show "pure Salsa" avec des arrangements musicaux plus modernes. Mais bon, j'y connais pas grand chose non plus... Autant pour le premier, les gens pouvaient franchement danser et Dieu que c'est beau la salsa quand c'est bien dansé. Autant pour le deuxième, on était plus dans la bruelisation du concert. Des gamines de 15 ans connaissaient ses textes par coeur, c'était hallucinant. Ce mec était une star et personne ne me l'avait dit. C'est aussi dans ce genre de soirées qu'on se rend compte qu'ici, il y aussi des communautés colombiennes, boliviennes, chiliennes, cubaines et j'en oublie ... Et je ne crois pas qu'il y ait cette spécificité dans aucun autre pays d' Europe, même en Espagne. Voilà , on était simplement heureux d'être là et de voir les gens heureux et c'est vachement bon. Merci à Radio Latina d'avoir su inventer, tout simplement, la Human Pride.

samedi 15 juin 2002

Festival latina

Ce soir, comme tous les ans on ira faire un tour à Disney Village où se déroule le festival Latina (salsa, musique cubaine et mojitos à gogo). Victime de son succès, ce festival est maintenant payant et possède une capacité d'accueil de 8000 places, ce qui est bien dommage. En attendant mon départ prochain pour le Brésil, ça promet une belle soirée tiède de fête bien métissée comme je les aime.